top of page
PHOTO-2023-03-21-12-36-33 6.jpg

Fondée en 1939 aux Etats-Unis, l'Aircraft Owners and Pilots Association AOPA est aujourd'hui représentée dans plus de 80 pays. Avec plus de 400'000 membres, elle est la plus grande association de pilotes au monde et a son siège à Frederick, Maryland USA.
Elle regroupe des pilotes et des propriétaires d'avions de l'aviation générale. Toutes les représentations nationales de l'AOPA font partie de l'association faîtière internationale IAOPA. 
L'International Council of Aircraft Owner and Pilot Associations (IAOPA) est une fédération à but non lucratif d'organisations nationales autonomes et non gouvernementales de l'aviation générale. Depuis 1962, l'IAOPA représente l'aviation générale internationale dans le monde entier. Au total, les groupes membres de l'IAOPA représentent des pilotes qui pilotent des avions de l'aviation générale pour les affaires, le plaisir et les déplacements personnels.
La représentation nationale pour la Suisse, l'AOPA Switzerland, a été fondée en juillet 1964.

 

AOPA Logo_Primaire.png

Les débuts de l'AOPA

Tout commence aux États-Unis, lorsque l'Aircraft Owners and Pilots Association AOPA, une organisation à but non lucratif dédiée à l'aviation générale, est fondée le 15 mai 1939 aux États-Unis.

Dès le début, l'AOPA s'est battue aux États-Unis pour protéger la liberté de voler et pour que l'aviation générale reste sûre, amusante et abordable. Au cours de ses premières années, l'AOPA a connu une croissance lente, mais en 2010, plus de 400'000 personnes étaient déjà membres de l'AOPA.

L'association forte et en pleine croissance que nous connaissons aujourd'hui est bien loin de celle des premières années. Avant même la création de l'AOPA, il avait été convenu avec la maison d'édition Ziff-Davis que l'AOPA disposerait d'une rubrique spéciale dans chaque numéro mensuel de "Popular Aviation", le prédécesseur du magazine spécialisé "Flying", pour échanger avec ses membres. Ziff-Davis a toutefois négocié âprement une clause menaçant de résilier l'accord si l'AOPA n'atteignait pas 2'500 membres au cours de la première année. 

Même le nom de l'association a flotté dans l'air jusqu'à la veille de sa création. Les cinq pères fondateurs se sont réunis en avril 1939 pour mettre au point les détails et ont passé des heures à débattre d'un nom approprié pour l'organisation. Le fondateur P.T. Sharples préférait "Pilots, Incorporated", afin de donner au groupe un ton sérieux qui indiquait une approche commerciale. Parmi les autres groupes de l'époque, citons la Private Flyers Association PFA, la Sportsman Pilots Association SPA, l'Association for the Advancement of Aeronautics AAA, l'American Pilots League APL, la Private Pilots Association PPA et la United Pilots and Mechanics Association UPMA.
Le débat sur le nom à donner à ce groupe non encore enregistré s'est poursuivi jusque tard dans la nuit. Finalement, le fondateur C. Townsend Ludington bâilla - il était alors presque trois heures du matin - et annonça : "Messieurs, je suis fatigué, alors je vais me coucher. Je propose que nous appelions l'organisation comme elle est, c'est-à-dire l'Aircraft Owners and Pilots Association". Le résultat a été unanime.
J.B. "Doc" Hartranft fut le premier employé de l'AOPA. Il a pris le titre de directeur général et a transféré les bureaux de Philadelphie à Chicago, juste à côté de la maison d'édition Ziff-Davis. De là, Hartranft a lancé une multitude d'activités au profit des pilotes privés.

La première activité politique de l'AOPA USA a consisté à faire pression pour l'adoption d'un projet de loi du Sénat visant à introduire le "Civilian Pilot Training Program". Cet acte législatif important a permis à des milliers de personnes d'obtenir leur licence de pilote avec l'aide du gouvernement. Il a également encouragé l'aviation générale et la vente d'avions, offrant une formation solide à ceux qui allaient ensuite servir dans les forces aériennes de la Seconde Guerre mondiale.
Des années et des événements marquants ont suivi, comme la Seconde Guerre mondiale et, plus récemment, les attentats du 11 septembre 2001. Après cela, rien n'a plus été comme avant et l'aviation a été enfermée dans un corset réglementaire étroit. Par exemple, en 2006, une proposition a été faite pour que les listes de passagers soient transmises par Internet 60 minutes avant de quitter les États-Unis ou d'entrer dans le pays. L'AOPA a fait valoir que de nombreux sites étrangers n'avaient pas accès à Internet. Cette procédure est restée facultative jusqu'à nouvel ordre. Cet exemple montre à quel point il était important d'avoir, avec l'AOPA USA et ses organisations sœurs dans le monde entier, un défenseur de poids de l'aviation générale. Aujourd'hui plus que jamais.
 

bottom of page